Et maintenant une ecole sans livres - n-dimasss.ru

Une souris et des livres

6, il est certain que la situation des filles est sans commune mesure avec celle dil y a cent ans où les possibilités détudes étaient encore très différentes : cest seulement en 1919 quon crée un baccalauréat féminin.

Mais peut-on dire que lon souhaite autant daudace, dinitiative, desprit daventure pour la fille que pour le garçon? Peut-on trouver beaucoup de parents qui accepteraient de grand cœur que leur fille ne veuille pas denfant?

4, la victoire essentielle des filles a été le rapprochement des contenus de leur enseignement et louverture des filières jusque là réservées aux garçons. Cest surtout parce que les filles ont pu faire des études, et parce que ces études ont été les mêmes que celles des garçons, que lon sest rapproché de légalité. Il fallait que les garçons soient très courageux (pour en faire des soldats «aguerris ce caractère était aussi un marqueur de leur différence avec les filles (il ne fallait pas quils deviennent des «femmelettes. Ce qui donne à penser que des résistances inconscientes subsistent : sous- jacentes au «libre choix des déterminations plus puissantes freinent encore les aspirations féminines. Actuellement on doit constater que la complète identité des cursus et la loi qui donne des droits égaux ne sont pas encore suffisants pour conduire à légalité réelle.

Est-elle pour autant complètement et définitivement transformée? Ne reste-t-il pas des phénomènes curieux, comme celui des «choix que les filles ne font pas celui des filières scientifiques et techniques, puis des métiers qui en sont le prolongement? 5, dans lidée de mixité on mélange donc plus ou moins la proximité physique et concrète des individus et la possibilité enfin donnée aux filles dentrer dans des écoles ou des filières réservées jusque là aux garçons. La nécessité de la séduction (pour trouver un géniteur et faire des enfants) reste lapanage des filles. Certes limaginaire de la fille nest plus bridé comme auparavant ; on ne verra sans doute plus beaucoup de familles où lon demande à la fille de se dévouer, de se sacrifier même, pour ses frères.

Vidéo sur Et maintenant une ecole sans livres